Trait de singe

Trait de singeCapture

Celui là ou un autre…

Je n’ai rien inventé trait de singe2
Mazerolle Planche n°4, page 35.
« Le trait carré, dit de singe avec un fil à plomb, pour mettre les bois de niveau. »

Le niveau de dévers pour caler la plumée à l’horizontal, le « trait de singe »  pour caler le trait de lignage. La généralisation de l’emploi du niveau à bulle va estomper la mémoire de ces deux techniques.

trait de singe1

Planche 3, page 43, ce trait carré était « la perpendiculaire » normal, nous sommes sur une planche de « géométrie généraliste ».

Trait de singe, mais lequel ?Singecelui là ?

Ou celui là  ?    dindon

Sans doute ni l’un ni l’autre.
Singler, c’était faire un arc de cercle, une courbe, la toponymie a conservé le mot single pour courbe ou méandre.Single
Singles de Limeuil et de Trémolat (Dordogne)

Mazerolle nous parle de cingler pour tracer au cordeau mais aussi de singler « pour prendre au cordeau le développement d’une voute d’escalier  » (sic).
On trouvera aussi singlot et puis simblot et simbloter : donner un coup de compas.
Alors trait de single ? Juste une hypothèse.

Laissons le dindon pour une paire de flamands.trait de singe3

Extrait du Carnet de Villard de Honnecourt et de son interprétation magistrale par Roland Beechman.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Villard_de_Honnecourt

ts2

ts1

Sans doute un autre sur une colonne du monastère de Batalha (Portugal).

http://whc.unesco.org/fr/list/264
J’étais content et ému de le découvrir.

Dans des temps plus reculés, il semblerai que le résultat ai précédé le tracé.

traitcarré1

Charpentier victime d’un trait carré* par Villard de Honnecourt.

Résurrection et nouveau tracé en vue du Jugement derniertrait carré2

(Christ en majesté de la cathédrale de Chartes)

*Trait carré : calvaire en argot de métier.

St Joseph, représentation et évolution.

catalogue

Le 19 mars et ses alentours sont encore marqués par la fête de St Joseph. Travaux, cortège, banquet et bal des sociétés compagnonniques, repas ou coup à boire offert par le singe, ou simplement messages sur les réseaux sociaux, pour bon nombre de charpentiers, la St Jo est encore un fait social, parfois aussi religieux.
Cette tradition n’est pas issue de la nuit des temps mais s’est construite petit à petit, à coup d’innovations et d’adaptations aux époques et aux mentalités.

St jo
Joseph, sa vie, son œuvre

Joseph (né un peu avant J.C et mort un peu après) était charpentier ou quelque chose comme ça, avec du bois.
Ça, c’est sûr, c’est ainsi que les Évangiles le nomment et les Évangiles c’est canon, c’est du solide, tout comme les nœuds canoniques, on peut se baser la-dessus sans risquer le bûcher.
Joseph était le mari de Marie.
Ça se complique, en plus des textes canoniques, d’autres textes vont venir expliquer, étoffer et parfois embellir l’histoire.
Ces textes non reconnus par l’Église sont dits « apocryphes », ils peuvent se composer de « proto évangiles » ou de légendes écrites bien après que la tradition orale les ait transmises.
L’église (et ses conciles) ne se prononce pas sur les apocryphes, elle les ignore tout simplement mais, paradoxalement, elle accepte la tradition et la foi populaire, on ne risque pas le bûcher non plus.

Joseph mari de Marie ?
Que nous disent les textes ?

Ste Anne, patronne des menuisiers, était dramatiquement stérile, mariée depuis vingt ans à Joachim, elle n’avait pu avoir d’enfant, quand, miracle, un ange vint lui annoncer que, suite à ses dévotions et à celles de son époux, elle enfanterait bientôt. St Anne décida de consacrer son enfant à Dieu.
C’est ainsi que Marie fut présentée au temple et y resta jusqu’à l’approche de sa puberté.
Une femme ne pouvant demeurer au temple sous peine de le souiller (sic), il fallait donc trouver à la marier.
Mais Marie ne l’entendait pas de cette oreille et souhaitait rester vierge coûte que coûte, ce qui compliquait singulièrement la tâche. Un ange vint une fois de plus apporter la solution…
Les célibataires et les veufs furent convoqués et, selon une méthode éprouvée, déposèrent une baguette dans le temple en espérant un signe.
Le lendemain, rien, mais lorsque Joseph récupéra la sienne, elle se mit à bourgeonner et fleurir, le désignant ainsi.
Joseph eut beau protester, disant que Marie n’avait qu’une douzaine d’années, qu’il était vieux, qu’il avait déjà des enfants (futurs – demi- frères et sœurs de Jésus) et qu’il avait sa boite à faire tourner, les prêtres lui expliquèrent qu’il avait été tiré (ce sera le seul) et il n’était pas question de désobéir aux ordres du Patron d’en haut. Il se devait désormais de la protéger  (de devenir le « gardien de Marie ») et non son époux, ce qu’il fit, du mieux qu’il lui fut possible, et retourna à ses chantiers (sic).
La suite, vous la connaissez, le petit Jésus dans la crèche, la fuite en Égypte etc…
Un soir, revenant du travail très fatigué, il se coucha et mourut paisiblement, son fils ne reprit pas l’entreprise, la légende était en marche.

Du bâton fleuri au lys

De la baguette au bâton pour aboutir au lys en fleur, symbole de pureté et de virginité des plâtreries du 19ème.

Miraculeux, plus il vieillit, plus il rajeunit

Vieillard des Textes, homme mûr puis jeune marié. Au fur et à mesure que les siècles s’écoulent, la cure de jouvence est saisissante.

Soury merci l’abbé Soury.

A propos de souris

St jo sourisPlus rare, St Joseph fabricant des pièges à souris (sur la table). Triptyque de Mérode -1424. Par une savante spéculation, Jésus servant d’appât, le piège est destiné à piéger le diable …
Les outils et le piège sont représentés avec réalisme.

Du grand père chenu au papa qui poupoune

Reflet du modèle du jeune père qui s’investit (et reste à la maison au lieu d’aller au bistrot). Le modèle de la famille idéale est en marche. St Joseph deviendra le protecteur des jeunes couples et de la famille.

Au boulot

boulot1
Je vous rassure, il n’y a pas que des chefs-d’œuvre.

Présentation de l’entreprise, une affaire de Sainte Famille.

meilleur gout

Cadeau de Noël ?

croix

Maquette pour la St Joseph ?

 

scieur
Un ouvrage absolument fantastique en 2 tomes d’ Annie et Alain Arnoult.
On remarque que, contrairement à la coutume, c’est le jeune qui fait le chevrier.

boulot5
Un flyer de la boite en français pour jeunes ?

St Joseph, patron des boiseux ?
( en remplacement de St Blaise)

Alors que les menuisiers honorent Ste Anne, les artistes n’hésitent pas à représenter des outils ou des situations improbables. (voir plus haut le jeu des pleins d’erreurs)

Bisaigüe de gaucher et truc en forme de bisaigüe.

St Joseph, patron de tous les travailleurs

Au détriment de St Urbain et pour faire simple l’Église a cherché à promouvoir St Joseph comme st patron de tous les travailleurs.
(rien pour les travailleuses, normal, leur place est à la maison avec le gosse).
St Joseph travailleur est honoré le 1er mai.
Avec l’espoir que la procession concurrence les majorettes de la CGT ?worker
Outre des outils, St Joseph the worker est souvent représenté manches retroussées et avec des bretelles.

Pis, il est mort

De par sa mort paisible après une vie laborieuse, honnête et droite, St Joseph est également invoqué pour bénéficier de « la bonne mort »

 

En résumé

patron

A l’origine, trois lignes dans les Évangiles, comme quoi, comme disait Jésus Christ : La charpente ça mène à tout, à condition d’en sortir ….

 

A noter aussi que comme descendant de David, St Joseph fut, de ce fait, un des premiers charpentiers enfant de Salomon.

 

 

 

 

 

Une pièce exceptionnelle

Pot de lapin
Pierre tombale de lapin (chêne 78.5 cm x 40 cm) circa 1250

Dans le cadre de l’exposition temporaire du Musée de Tours

http://www.museecompagnonnage.fr/pratique-agenda-3-324-0.html

Un document exceptionnel sera peut-être enfin montré au public. Il s’agit d’un très intéressant témoignage des us et coutumes des ouvriers du moyen âge.

En effet, cette pierre tombale en bois gravé a été récemment découverte par le professeur Delson, dans les latrines d’un cabinet de curiosité du XVIème. Son analyse et son interprétation semblent désormais faire l’unanimité tant chez les archéologues que les historiens et les scientifiques non spécialisés.

Il s’agit selon toute vraisemblance d’une représentation des rites et mystères moyenâgeux relatifs au passage du grade d’apprenti (le lapin) au grade de compagnon.

Ce passage consistait entre autres à l’ablation symbolique des oreilles et de la queue, telle qu’encore pratiquée au R.E.A.A (Rite Espagnol Ancien et Accepté) et à la mort rituellique suivie la résurrection de l’Initié sous forme de pâté ou de civet.

Le récipiendaire devait ensuite offrir à boire (« payer un pot ») à ses pairs. Il lui était ensuite communiqué les reconnaissances de son état, dont le célèbre : « Haut les mains – Pot de lapin ».

Les documents de cette époque sont extrêmement rares, seul un vitrail, attribué à Jean Conil et financé par les Charpentiers de la Cène, nous était parvenu à ce jour pour nous éclairer faiblement.

Élégants bipèdes

On continue dans le pittoresque avec les gascons et les limousins

 

Gascon

Coins de bois très effilés servant à caler les pièces sur ligne avant piquage (je ne sais pas qui à eu l’idée d’un nom pareil.Gascon
(modèle du Couseran version Bethmale).

 

Limousin

Cordage, d’environ quatre mètres, en chanvre, en lin, en sisal ou en polypropylène également appelé « chablot » dans les catalogues de quincaillerie ou longe à veau dans les étables.

chablot-chanvre
Selon le dictionnaire  http://www.cnrtl.fr/definition/  : chabler signifiait « soutenir ou haler » C’est ainsi que les maçon désignaient les cordages servant à lier les perches et les boulins de leur échafaudages en bois (encore utilisés dans les années 70).
De maçon à Limousin, il n’y a qu’un pas…

Cordage à tout faire par excellence (notamment pour arrimer les échelles sur les galeries ou les charges de bois), le limousin ne nécessitait pas de gros investissements pour sa fabrication qui était parfois domestique (recyclage des ficelles de lieuse !) ou en complément d’activité à bord des chalands et péniches.

chablot-chanvre-000291946-product_zoom
De part sa fabrication le chablot  ne nécessite ni épissure, ni surliure.
Enfin, les cordages en chanvre, ou mieux en chanvre et lin sont les plus agréables à utiliser et si ils résistent bien à l’eau, attention à ne les lover qu’une fois secs.

limousin
Bourguignon fabriquant un limousin. (Maitre Roger, de Guedelon), on remarque les quatre futurs torons du futur limousin.

Je laisse à Maurice le mot de la fin :Limousin 1

 

 

 

 

Le bestiaire du chantier

Deux autres animaux vont venir compléter notre bestiaire, sur le chantier cette fois ci : La chèvre et le mouton.

La chèvre

ChevreB

Avec ses hanches, ses épars et son treuil à rouleau, difficile d’y voir l’animal avec les cornes dans le bon sens ! Peut être faut-il chercher du coté des chevrons et une étymologie commune ?

chevron citroenChevrons Citroën.

Attention aux photos sur la toile, sur beaucoup de documents des chèvres sont établies avec des inclinaisons fantaisistes sinon dangereuses.

Par ailleurs, on peut distinguer la chèvre du mat, différents en constitution mais identiques en utilisation. mat
Levage au mat (7.00m de haut) d’une ferme à aiguille sur poteau.

 

Le mouton Mouton1

Avec ou sans sonnette et un excellent article de Wiki

https://wikimonde.com/article/Mouton_%28outil%29

mouton

Mouton sans sonnette.

Par ailleurs : un mouton horizontal s’appelle un bélier.Mouton4

Une brebis aura une autre définition.

Le bestiaire de la caisse à clous

 

Par hasard ou par ressemblance des outils ou parties d’outils ont reçu des noms d’animaux, argotiques ou non.

Le plus facile :

La sauterelle

C’est plus rapide et imagé que fausse équerre

-1La sauterelle désigne aussi une méthode de tracé.saut2

Méthode diversement perçue par les apprentis

On notera également que si sa sauterelle croche sert à faire courir les lapins, cet outil existe bel et bien chez les tailleurs de pierres sous le nom de biveau.

7eac2b78a6eca13206c94956b06fdf90

biveau encroix
Sa version sophistiquée sous le nom de biveau à encroix.
Biveau à encroix

 

Enfin pour les couvreurs la sauterelle désigne parfois le monte ardoise.

Le plus zarbi

La grenouille (?)

 

Quel drôle de nom pour cet outil ingénieux et très pratique pour tracer les assemblages.thel1

Il était resté sans nom pendant plusieurs décennies, ce qui était bien embêtant.

Puis, le nom de grenouille est apparu, un peu par défaut (?).

Était-ce un hommage à la fable de La Fontaine : la sauterelle et la grenouille ?, sans doute, bien cette fable n’ait jamais été écrite. Je ne vois pas d’autres explications tant cet outil ne ressemble pas à une grenouille, ou alors il y a quelque chose qui m’échappe.

Navré qu’un outil aussi utile soit affublé d’un nom aussi ridicule, j’ai baptisé le mien Thélonious. (En hommage à Thélonious Monk, c’était l’année du centenaire de la naissance du grand homme.)

L’outil ressemble à la musique de Monk et il n’y a pas de raison pour ne pas honorer le nom de quelqu’un qui nous rend la vie plus belle.
Blue monk

Grenouille

Mon collègue, très blues et un peu dysnepsique prononce « Tenonius » !! (pour faire des tenons !) …ainsi va la vie….

Le pied de biche

pied de biche

A ne pas confondre avec la pince à riper ou encore l’arrachinette.

 

La mouche

mouche

Comme vous pouvez le constater

La mouche est la partie pointue et hélicoïdale des mèches et des tarrieres.

Sont apparition est relativement récente ( fin XIX em)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On allait l’oublier

Le lapin !

cordeau

Celui qui est à l’autre bout du cordeau.

saut5

Roule ma poule

Mais que vient donc faire une poule dans un cours de Trait ? poule
Illustrer tout simplement les difficultés que l’on peut rencontrer avant d’avoir acquis suffisamment la « vision dans l’espace » .
En effet: on peut remarquer que « animaux fourrage » ont les yeux situés de part et d’autre de la tête. Il bénéficient ainsi d’un champ de vision de 360° leur permettant de détecter un prédateur quelque soit sa direction.
En revanche, un prédateur aura les yeux situés, comme vous et moi, sur la face du crane.
Le champs de vision est réduit mais il bénéficie d’ une vision binoculaire qui permet d’apprécier les distances – bien utile pour pouvoir sauter sur une proie.

Aussi, dans la nature voyons nous naturellement dans l’espace. (vue de prédateur)ch22Cela sera bien entendu plus visible avec deux spaghettis pour de vrai.
ch15 Une poule quand à elle verra toujours cela….  quelle qu’en  soit la hauteur du spaghetti  et son nombre d’œufs par kilo.


De même, une poule verra les faitages d’emprunt de hauteur Z1 et Z2 se rencontrer alors que seul ceux de hauteur Z1 le peuvent (ce qui permet de déterminer le raccord).

 

Le bestiaire argotique

Toute ressemblance avec des personnages apparaissant dans le livre n’est bien entendu pas due au hasard.

Tous les métiers ont leur argot, les charpentiers n’y dérogent pas.

Présentation de la ménagerie.

Le petit (lapin) devant, la grande (chèvre) derrière.

Le lapin

« Chez les charpentiers, le lapin, c’est l’apprenti, il a de grandes oreilles pour tout entendre et de grandes pattes pour bien courir » :  Deux vertus essentielles de l’apprenti charpentier.
Le lapin a pour mission de balayer l’atelier, tenir le bout du cordeau et apprendre son métier. Il peut être remplacé par une pointe carrée ou un poids portant le même nom. (voir page 104)

L’équivalent du lapin, c’est l’arpète dans l’industrie, le mousse dans la marine (pas question, d’ailleurs, d’embarquer le dit animal), le castor (beaver) chez les les anglais, ce qui va singulièrement compliquer la traduction des miquets.

Ne pas confondre le lapin avec le « petit compagnon » plus ou moins qualifié qui fait le troisième de l’équipe.
Commis, dans les terres, matelot, sur la côte, novice en mer, gafète dans le sud, ce sont des ouvriers libres, tandis que le lapin est sous contrat et va à l’école (il a de grandes pattes) pour apprendre (il a de grandes oreilles).

Le terme de lapinage  est parfois employé pour désigner cette période, (néologisme faisant un peu tapin).

Le renard.

Ouvrier charpentier n’appartenant pas à une société compagnonnique.

On peut compliquer un peu :
Le compagnonnage a toujours été très présent chez les charpentiers.
Dans la deuxième moitié du XIXem siècle les conditions sociales et politiques faisaient qu’il y avait plus de compagnons charpentiers (c’est à dire adhérents à une société compagnonnique) que de « renards » c’est à dire d’ouvriers non « compagnon ».

Cependant, jusqu’au milieu du XIXem on ne connait qu’une seule société de compagnons charpentiers : Les Compagnons Passants Bons Drilles Du Devoir et pas toujours fins-fins (faut replacer cela, aussi, dans le contexte d’une époque particulièrement dure pour les ouvriers).

Charpentier Bon Drille d’après un « tableau de conduite »
(Musée du compagnonnage de Tours)

Bien entendu, ceux qui ne voulaient pas devenir Bon Drille, se sont organisés en société parallèle.
Les Bons Drilles  revendiquant le chien comme totem et surnom, le renard devint son pendant: Renards libres et joyeux mais aussi  Renard de liberté.

Dans la deuxième moitié du XIXem une nouvelle société compagnonnique émerge : les Compagnons Charpentiers de Liberté également appelé Indiens car pratiquant le « Rite d’Inde » (Rite de Salomon). L’ hypothèse la plus répandue veut que cette société soit issue des Renards libres et joyeux et ait « reçu le Devoir » par les Compagnons Tailleurs de Pierres de Liberté. Il est cependant possible qu’une scission soit apparue chez les Bon Drilles au début du XIXem et qu’à partir d’un tronc commun leurs « Devoirs » aient divergé…
En toute logique et pour se démarquer, le loup devint leur animal totem et leur surnom. Cette société, en phase avec son époque, se développa rapidement au point de dépasser les Charpentiers Bons Drilles, qui, à leur tour évoluèrent et reprirent du poil de la bête    – Rivalité, concurrence, mais aussi émulation…

Les deux sociétés fusionnèrent en 1945 sous le nom de Compagnons Charpentiers Des Devoirs du Tour de France, parfois surnommés
« Chien-loups » (C.Q.F.D). Une minorité de Compagnons Charpentiers Bon Drille est cependant restée à l’ Association Ouvrière et s’y est développée.

Les sociétés de renards ont disparu entre les deux guerres.

 

Beaucoup d’informations sur les Renards sont extraites de l’excellent site de J.M. Mathonière

http://compagnonnage.info/blog/blogs/blog1.php/2011/07/16/fumercommeuncharpentierrenardlibre

 

En voila quatre pour le prix d’un : Renard, Chien, Loup et Chien-loup.

Par ailleurs, le renard est aussi le cliquet anti retour d’un treuil…
D’où ce rapport d’accident du travail devenu célèbre (à défaut d’être authentique) :

Le renard à lâché
La bique a biqueté
Le lapin s’est sauvé
Et singe c’est mis à gueuler

A propos de singe :

Celui-ci n’est pas dans le livre, normal, on n’en a pas, ou plutôt on est nos propres singes.
Réputé toujours faire la grimace, le singe: c’est l’employeur !
(mais il fait semblant de ne pas le savoir, alors ne vendez pas la vache.*)
Certains, plus expressifs que d’autres, excellent dans le « grand numéro du singe qui pleure » : litanie de lamentations  exécutée en direct ou au  téléphone et avec brio par la bourgeoise*. (normal, c’est elle qui gère la boutique*)

* dialecte de Haute Bretagne (Gallo) : vendre la mèche en français.
* et non pas la guenon !
* et non pas la singerie !

Pour info, l’ours étaient nos surnoms, pseudos et totems respectifs bien avant que l’on se connaisse et publie le bouquin.
L’ours appartient au bestiaire des imprimeurs et non à celui des charpentiers.

Dans un prochain article, le bestiaire continue avec la chèvre, le mouton, la sauterelle, la grenouille (!?), le gascon et le limousin (à ne pas confondre avec les Gascons et les Limousins !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite histoire du niveau

Depuis l’antiquité, construire de niveau a toujours été une des préoccupations des bâtisseurs de tous  métiers.

La nature et la finalité des ouvrages vont aboutir à la création et l’utilisation d’outils de plus en plus rapides à mettre en œuvre .

Ces  outils  reposent sur deux principes physiques simples :

– Un liquide au repos est à l’horizontale.
– Un solide au repos et suspendu à un fil est à la verticale de son point d’accroche, une perpendiculaire à ce fil sera donc horizontale.

 

On en déduit donc deux familles de niveaux :

Les niveaux utilisant un liquide :

– Chorobate.

– Niveau à eau.

– Niveau à bulle.

Les niveaux transformant la verticalité d’un fil à plomb en repère horizontal:

– Niveau à pendicule.

– Niveau de dévers.

– Niveau laser ?

 

Le chorobate

Le plus vieux niveau à visée qui nous soit parvenu à ce jour :

cronobat1

On rempli le canalis, on règle comme on peut, on vise avec les deux cavaliers et c’est parti pour un aqueduc.

(une histoire d’eau, d’un bout à l’autre).

chronobate2

Restitution d’un chorobate par M. Jean  Pierre Adam qui l’a par ailleurs expérimenté avec pertinence.

(in : La construction Romaine, matériaux et techniques, un ouvrage remarquable,  aux éditions Picard)

 

Il y a une trentaine d’années, une version simplifiée du chorobate avait survécu étaient encore utilisée en maçonnerie aléatoire. Toujours le même principe : un liquide, rougeâtre, dans une fiole en verre étoilée. Cependant, la forte évaporation du liquide a conduit à l’abandon de cet outil de chantier plus connu sous le nom de « niveau de maçon ».

 

Le niveau à eau

Deux fioles, un tuyau souple,  ça peut  être un tuyau d’arrosage, de l’eau  et surtout pas de bulles !

C’est encombrant, c’est pas facile à remplir (faut pas de bulles), c’est pas très rapide mais  c’est très économique et très précis.

De toutes façon jusqu’aux années 80 – 90 on n’avait pas le choix, les lunettes étaient inabordables.

Je ne mets pas de lien Wikipédia, l’article n’est pas terrible et pas très juste non plus.

Au final c’est un outil de transition entre l’invention du tuyau plastique et la démocratisation des lunettes de visée…

 

On trouvera aussi des niveaux d’arpenteurs basé sur ce principe de « vases communicants »

Récupéré sur l’excellent site « le compendium »

http://www.lecompendium.com/dossier_meca_09_niveau_d_eau_d_arpentage/niveau_d_eau_d_arpentage.htm

 

Le niveau à bulle .

Tout le monde connait.
Avec ses version plus ou moins compliquées, plus ou moins longues, plus ou moins rouge ou plus ou moins chinoises…

Son ancêtre : (fin XIXem)bulle1

Laiton et chêne, la classe…

bulle2

 

Et ce genre de modèle très courant jusque dans les années 70…

 

 

Une autre version du niveau à bulle :  la lunette  « de chantier »

Simple et basique mais d’une précision redoutable grâce au fin calage (la grande bulle sous le miroir, toutes n’en ont  pas).

Pour la génération « laser » : cet outils optique  permet de tracer ou relever des niveaux, des alignement, des traits carrés, des azimuts et des distances …. Mais il faut le régler !

Particularité de ce modèle Suisse (Wild)  distribué en Belgique et au Congo (sic)
Une graduation en degrés, en général c’est en grades (d’ailleurs Général c’est un grade).

 

Pour info, les lunettes et niveau actuels (lasers) à positionnement automatiques se calent selon un système de masselotte et de pendule, cela nous enverrait-il vers l’ancêtre de la deuxième famille ?

Le niveau à pendicule

pend1

 

également appelé archipendule, ou plus simplement « niveau » par les ouvriers du XIXem siécle, tant cet outil est courant et répandu.

Utilisé depuis l’Antiquité égyptienne , il s’agit avant tout d’un outil de maçon.

Pas étonnant de le retrouver sur des stèles funéraires, des blasons de corporation,  la symbolique de la Maçonnerie spéculative et le cortège de fantasmes qu’elle suscite parfois.

Cet outil ayant été remplacé par le niveau à bulle, il subsiste matériellement chez les collectionneurs d’outils  et les « reconstituteurs »

pend4

pend2pend3

Guedelon (on ne présente plus)

Mais aussi la collection de Michel 66  (que je salue et remercie), vous pouvez aussi regarder le reste …

http://vieux-outils-art-populaire.blogspot.fr/2013/12/niveau-perpendicule.html

lapin niveau

 

Moins connu mais plus charpentesque :

Niveau de dévers

Une planche, un trait carré et un plomb a piquer, très simple, rustique et génial, l’outil semble avoir été valorisé au chauffage !

Mazerolles (Théorie des niveau de dévers et Delatataille  (« première partie » ) lui  réservent la place qui lui est du .

On en parle bien entendu dans les pages 40 à 45 du bouquin.

A défaut d’en trouver dans les vides greniers, on sait à quoi il ressemblait :
(1ere planche du Delataille)

delat

Tentative  de restitution.

nivdev1

Une planche, un trait carré (à la rainette dans du sapin – bof), un plomb à piquer.

nivdev2

Calage d’une pièce à l’horizontale, le niveau est sur la plumée, ça marche.

nivdev3

Désormais plus classique : vérification du dévers d’une pièce (aplomb tracé au crayon).

 

Le niveau à dévers moderne, l’aplomb du plomb est remplacé par le niveau à bulle.

nivdev4

nivdev5

Vérification du bon dévers d’une pièce avant piquage ou mise dedans

 

En résumé : avant le niveau à bulle, les charpentier avaient développé un niveau à pendicule original et polyvalent (calage de niveau ou à dévers).

Apres le niveau à bulle :  le niveau de dévers ne subsiste que pour vérifier le dévers.  Pour ce qui est du calage à l’horizontale sa mémoire a disparu. Pour ce qui est du Patrimoine Immatériel de l’Humanesco également.

Avis Avis

Si jamais vous en avez ou en connaissez un d’époque merci de m’en faire parvenir une photographie .

 

Le niveau laser

Tout le monde connait, au moins depuis la Guerre des étoiles.

A ma connaissance, il se met en place tout seul par un procédé de masselotte et de pendule et peut donc ainsi clore ce chapitre.

lapzer