Hebelade ou bouc, le cric qui tue.

A la base deux photos d’un rassemblement en Allemagne en 2007 ( kézurokaï entre charpentiers allemands et japonais ).
Trois élégants bipèdes manipulent un drôle de truc…
Les trois boulins, assez roots tranchent singulièrement avec le soin apporté à la réalisation de l’élément central, plus tard identifié comme « cric à cheville » (Hebelade)
La qualité de l’ équarrissage et le faible débattement de la pièce par rapport à l’inclinaison du cric incitent également à la prudence.
Après recherche, une superbe vidéo nous renseigne sur l’utilisation de cet engin de levage par une équipe le pratiquant pour de vrai, tout y est juste, et pour cause.
https://av.tib.eu/media/11743

Un deuxième document, plus récent et folklorique nous renseigne aussi, la virtuosité n’est plus au rendez vous, les chevaux non plus mais la reconstitution est exacte et plausible. Soyons indulgent, les acteurs, si ils sont dans le métier, travaillent désormais avec des grumiers et des bras hydrauliques, ils ont cependant à cœur de perpétuer les gestes anciens. (avec en prime le sourire du plombier!)
https://www.youtube.com/watch?v=Iv3wsFmpiXA

Je suis donc beaucoup plus réservé sur la toute première prestation, qui, au lieu d’apporter des précisions, apporte, au contraire, par son manque total de rigueur et de réflexion,  du trouble et de la confusion.
Pour peu que ce document soit abondamment partagé, c’est la débandade assurée.
D’autres exemples à suivre dans cette catégorie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s