Chariot grumiers du Berry

Transport et chargement de grumes avant la mécanisation
Mise en forme et illustrations originales de Maurice Pommier d’après un collectage auprès de son beau-père, qui fut roulier entre les deux guerres.

Le départ


Le retour

Entre les deux, c’est ici :

Ppa.Roulier Co2PDF

Pour comparer avec les modes opératoires de l’Est de la France et des Pays alémaniques ( voir « cric à cheville »).
On remarque :
Dans les deux cas, la nécessité de charger au maximum ( trois grumes ) pour économiser du temps de trajet.
Pour le cric à chevilles : trois longues grumes ( résineux ) et trois personnes.
Pour la France de l’intérieur:  deux grumes courtes (chêne) de la longueur du plateau du grand brancard et une longue sous le triqueballe. Le tout chargé par une seule personne.
Nul doute que le couvert forestier a façonné et rationalisé au fil du temps ces deux techniques.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s