Charpentier de haute futaille.

L’ami Michel Dupeux nous a fait parvenir cet avis nécrologique, nous annonçant le décès d’Abraham Marès, charpentier de bariques (sic).
Il date un peu, mais on partage quand même.

Selon le cercle généalogique la profession de « charpentier en barrique » apparait plusieurs fois sur les registres paroissiaux de cet époque et de cette région (bordelaise).
Un chouette métier qui pose cependant quelques questions.
Le terme de tonnelier est mentionné à partir de 1255 , celui de boisselier en 1338 (Le Robert). Par ailleurs, le « Livre des métier » rédigé vers 1268 par Etienne Boileau Prévôt de Paris distingue bien les « tonneliers » des charpentiers grossiers (re-sic !).
Alors plus qu’une nouvelle profession, faut-il sans doute y voir un problème de traduction entre le dialecte occitan parlé à Bordeaux et la nécessité de rédiger les actes en français officiel (conséquence mal comprise de l’ Ordonnance de Villers Cotteret – 1539)?
Nous sommes, bien entendu, preneurs de tous renseignement sourcés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :